Menu

Comment créer une stratégie de netlinking gagnante ?

Lorsque l’on parle de SEO, on parle trop souvent de l’optimisation technique d’une page web, de la rédaction de contenus de qualité, de maillage interne en oubliant la puissance des liens entrants ou backlinks. En effet, pour l’intégralité des moteurs de recherche comme Google, la popularité d’un site web se mesure grâce aux liens qu’il reçoit d’autres pages web. Se positionner sur le long terme sans une stratégie de netlinking réfléchie s’avère très compliqué voir impossible surtout sur des requêtes concurrentielles. Obtenir des backlinks de qualité et en quantité suffisante est nécessaire pour améliorer votre référencement naturel et squatter les premières pages de résultats des moteurs de recherche (SERP). C’est d’ailleurs ce que vous offre notre agence SEO.

Le 24 avril 2012, Google a modifié son algorithme PageRank lié au calcul de la puissance des liens entrants en attribuant des pénalités ou en filtrant les sites internet utilisant des techniques de netlinking agressives. Google Penguin a fait très mal sur certaines SERP et a pénalisé de gros sites, ce qui a poussé les référenceurs à modifier leurs techniques de netlinking. Alors comment créer une stratégie de netlinking gagnante et surtout pérenne ? Vous découvrirez aussi la définition d’un bon lien ainsi que la manière dont vous pouvez incorporer votre netlinking dans votre stratégie de marketing digital.

Qu’est-ce qu’un bon lien pour le seo ?

Lorsque l’on met en place une stratégie d’acquisition de liens naturels ou plutôt de liens organiques, il faut penser au long terme. En référencement, sachez toutefois que le lien parfait n’existe pas vraiment et que pour éviter un filtre Google Pingouin, chaque lien posé doit pouvoir être édité rapidement. Voici les critères d’un bon lien pour votre stratégie netlinking.

Indexation de la page faisant le lien

Pour qu’un backlink soit comptabilisé dans le calcul de votre PageRank, il faut que la page web faisant le lien soit indexée, c’est à dire qu’elle existe aux yeux du moteur de recherche. D’ailleurs, il arrive parfois que les sites proposant de vous faire un lien n’aient que très peu de pages indexées par rapport à leur nombre total de pages, et que potentiellement votre lien ne soit pas pris en compte.

Pour savoir si une page est indexée dans Google, il suffit d’utiliser la commande “site:votredomaine.com/lapage” dans la barre de recherche.

Si la page n’est pas indexée, votre backlink ne sera pas pris en compte par le moteur. Cela arrive parfois sur des sites d’actualité ou des blogs thématiques où il est possible d’acheter des articles sponsorisés. Le problème c’est que les pages sont parfois orphelines et que Google ne les suit pas. Si vous payez 2000 € pour un article non indexé, les bénéfices SEO sont alors nuls car le backlink ne vous apporte rien.

Autre astuce, si vous lancez une campagne de netlinking, assurez-vous également que votre backlink soit posé sur une page indexée dans l’index primaire de Google.

Google stocke les pages web dans deux index distincts, l’index primaire qui répertorie les pages de bonne qualité et l’index secondaire qui répertorie les pages jugées de moins bonne qualité ou les sites trop jeunes.

Pour savoir si une page d’un site se trouve dans l’index primaire de Google, il suffit d’utiliser la même commande “site:votredomaine.com/lapage”, mais cette fois, dans le moteur de recherche d’Orange qui utilise uniquement l’index primaire de Google. Avant d’obtenir un lien sur un site internet, il faut s’assurer que les derniers contenus soient indexés.

Si vous avez de vieux liens sur des pages non indexées, vous pouvez aussi forcer un peu l’indexation en utilisant des services de pings, ou en envoyant quelques backlinks sur la page à indexer. Si vous avez recours à cette stratégie, il vaut mieux que la page ait été modifiée au préalable pour envoyer un signal légitime et positif à Google.

Liens en dofollow

Tous les backlinks n’ont pas le même poids auprès des moteurs de recherche, pour ma part, je considère uniquement les liens dofollow, c’est à dire les liens suivis par les moteurs de recherche, à une exception près, les liens nofollow provenant de source “trustée” ou d’autorité comme Wikipédia, même s’il est possible d’obtenir des liens dofollow depuis cette encyclopédie en ligne avec de petits hacks techniques. Légèrement black hat, mais terriblement efficace.

Pour savoir si un lien est suivi par Google, il faut procéder à quelques vérifications :

  1. le lien n’a pas d’attribut rel=”nofollow” dans son code html.

  2. la page n’utilise pas une meta name robots avec l’instruction nofollow.

  3. la page n’a pas d’attribut nofollow dans son entête HTTP. Certains sites web utilisent la technique du X-Robot-Tags pour éviter des pénalités pour vente d’articles.

  4. le lien est cloaké (google ne le voit pas, mais vous oui), un peu plus difficile à détecter pour les néophytes. Je me suis déjà livré à des échanges de liens, le partenaire peu scrupuleux avait cloaké son lien en croyant avoir à faire à un noob du référencement ;-) pas de bol.

  5. le lien est codé en javascript ou utilise une technique d’obfuscation que Google ne peut interpréter. C’est plus rare mais ça peut arriver notamment avec la balise <button> ou la balise <span> au lieu de la balise <a>.

En 15 années de netlinking, je n’ai jamais trouvé le bénéfice de travailler les liens nofollow si ce n’est pour apporter un peu de trafic qualifié sur une page. Ce sont uniquement les liens dofollow qui impacteront positivement ou négativement votre référencement.

Metrics de la page et du site faisant le lien

Qu’il s’agisse du Citation Flow de Majestic, de l’URL Rating d’Ahrefs ou encore du Page Autority de Moz, chacun de ces metrics essaie de reproduire la formule du PageRank de Google avec plus ou moins de précision. Je rappelle qu’il ne faut pas s’arrêter à ces indicateurs de popularité d’une page car ils sont manipulables et pas toujours précis.

Pour évaluer la puissance qu’un lien peut apporter à mes clients, je regarde en priorité :

  1. le trafic organique du site

  2. le nombre de domaines référents

  3. le nombre d’IP Subnets

  4. les métriques sur Majestic et Ahrefs

Quelque soit l’outil que vous utilisez, vous devez savoir si le site internet sur lequel vous allez poser votre lien est visité par les internautes. Pour cela, j’utilise les metrics de Semrush et également ceux d’Ahrefs, si le site ne génère aucune visite, je me pose la question 2 fois avant de publier un lien, dans 80% des cas, je ne le poserai pas, même si la page a un TF (Trust Flow) de 35 et 450 RD (Referring Domain).

Je contrôle également le Topical Trust Flow ainsi que le ratio Trust Flow / Citation Flow à l’aide de SEObserver, ce qui me permet en quelques instants de voir si le site est potentiellement spammy.

Page positionnée sur un mot clé

Mieux que tous les metrics, si vous souhaitez vous positionner sur un mot clé, je vous conseille simplement de faire une extraction des 100 premiers résultats et d’essayer de placer le maximum de backlinks sur les pages déjà positionnées sur votre mot clé. Si la page en question se positionne sur plusieurs dizaines, voir centaines de mots clés dans votre thématique, c’est qu’elle plaît à Google et elle fait autorité. Votre lien aura donc beaucoup de puissance et votre ranking augmentera de manière significative. C’est pour moi le meilleur indicateur pour placer un backlink.

Bien évidemment, on évitera de demander un lien sur un site black hat utilisant le spamdexing (génération de contenus automatique en masse) ou un site d’affiliation Amazon sans scrupule, sauf dans certains cas ;-).

Ancre de lien

Faire une campagne de netlinking c’est bien, mais encore faut-il contrôler les ancres de liens pour éviter un filtre ou une pénalité Google Penguin. En effet, la suroptimisation des ancres et le google bombing c’est terminé. Les moteurs de recherche n’apprécient pas trop les ancres exactes et peuvent pénaliser très rapidement un site.

Néanmoins, sans un minimum d’ancres élargies contenant vos mots clés, il est impossible de se positionner rapidement sur les grosses requêtes concurrentielles. Quand on fait du netlinking, le risque zéro n’existe pas, c’est pourquoi, il faut varier au maximum les ancres et ne pas dépasser 7% d’ancres exactes.

Pour ma part, je surveille de très près le profil de liens de mes clients. En réalisant plusieurs tests sur des sites isolés, je peux aujourd’hui affirmer que les ancres génériques (cliquez ici, en savoir plus, etc) ne vous feront jamais ranker sur des mots clés concurrentiels, même s’il faut les utiliser de temps en temps pour obtenir un profil de liens plus naturel et diluer les ancres sur-optimisées.

Thématique de la page faisant le lien

Lorsque l’on parle de lien thématisé, on parle d’une page ayant une thématique connexe à la vôtre vous faisant un lien. Il y a plusieurs façons de thématiser une page, même une page d’un forum ou d’un blog quelconque peut être raccord avec votre thématique, tant qu’on ajoute du contenu en rapport avec votre sujet.

Si vous avez un site de “salon de jardin”, il est recommandé d’obtenir des liens uniquement sur des sites en rapport avec le mobilier extérieur voir même uniquement avec le salon de jardin. Les résultats obtenus avec cette technique de netlinking seront meilleurs. C’est pour celà que les PBN (réseau de sites) sont toujours utilisés dans les stratégies SEO agressives, nous y reviendrons...

Toujours avec notre exemple de “salon de jardin”, notez qu’il est possible de contextualiser un lien sur une page parlant à la base de chaussures de ski (oui, oui, c’est possible).

Majestic SEO a d’ailleurs développé un indicateur thématique baptisé Topical Trust Flow. Ce metric utilisé par cet outil permet de connaître la thématique principale d’un site web. Le problème avec ce metric, c’est qu’il est facilement manipulable et pas très précis, surtout pour les petits sites. Google utilisait également le site dmoz.org pour connaître la thématique d’un site web. D’ailleurs, il s’est servi de cet annuaire pour élaborer son algorithme du Topical PageRank (PageRank Thématique). Cet annuaire créé par AOL était très qualitatif mais a tristement fermé ses portes après 19 années de bons et loyaux services.

Certes, il est possible que votre profil de liens comprennent quelques gros liens presse et que votre Topical Trust Flow de Majestic soit “News”. Sur les sites n’ayant que très peu de backlinks, un seul lien puissant pourra faire varier la couleur du Topical Trust Flow.

Liens provenant de Google News

Cette transition avec Google News est parfaite… après vous avoir parler du Topical PageRank, de Dmoz.org, de l’indexation, voici le tour de Google actualités. Pour être acceptés dans cet index de Google, les éditeurs de sites doivent montrer patte blanche et respecter scrupuleusement les consignes de Google. Donc, si vous obtenez un backlink depuis un de ces sites d’actualités, vous obtiendrez dans 90% des cas un lien de qualité.

Qualité du contenu faisant le backlink

Commander un article à un rédacteur offshore pour le netlinking de votre site c’est bien, encore faut-il que l’article soit correctement rédigé et surtout qu’il intègre les bons mots clés, ou si vous préférez, les bonnes lexies, les bonnes cooccurrences, les répétitions et surtout les n-grams. Je pense qu’en lisant ces lignes vous vous demandez comment la sémantique et l’algèbre peuvent fusionner pour aider à rédiger un bon contenu, et pourtant Google utilise plusieurs modèles pour réussir à comprendre de quoi parle une page.

Pour cela, il utilise plusieurs algorithmes comme par exemple, le PageRank thématique, le cosinus de Salton, le TF-IDF et les N-grams, qui sont pour moi les plus importants avec le PageRank thématique. A ce sujet, vous pouvez même lire le brevet Google d’Anna Patterson sur le phrase based indexing. Cela vous expliquera comme le géant des moteurs de recherche procède pour classer les bonnes et mauvaises phrases de vos textes. Ok, je m’égare un peu, mais sachez qu’un bon article aura plus de chance de se positionner sur Google et donc d’être lu, le backlink placé à l’intérieur de ce texte sera donc beaucoup plus puissant et votre netlinking vous donnera vraiment des résultats. Bien évidemment, il existe aujourd’hui un grand nombre d’outils (YourTextGuru, 1.fr, SeoQuantum, Visiblis) vous permettant de rédiger un article candidat au ranking.

Le position du lien dans la page

Pour beaucoup de moteurs de recherche, ce sont les premiers liens présents dans la page qui apportent le plus de puissance. Si on fait abstraction des liens dans la navigation, les sidebars et le footer, il reste ensuite le lien à l’intérieur du contenu de la page, je parle de celui présent dans un paragraphe. Google parcourt le code source de votre page de haut en bas, donc si votre backlink est placé dans le bas de page, il aura moins de puissance. A ce sujet, un lien cliquable placé dans un endroit visible et renvoyant du trafic sur votre page fera mouche à coup sûr. C’est pourquoi, il est très important de bien choisir l’emplacement du backlink dans une page. De plus, si votre backlink est situé dans un paragraphe très riche en mots clés, il sera encore plus puissant car il sera contextualisé.

Le nombre de liens sur la page

Ce n’est pas parce que le Toolbar PageRank n’est plus affiché dans votre navigateur que Google ne se sert plus de la formule du PageRank pour déterminer la puissance d’une page. Au contraire, le PageRank est au coeur de l’algorithme de Google et est systématiquement retravaillé et recalculé car le nombre global d’URLs ne cesse de croître chaque jour. L’idée est simple, plus une page fait de liens sortants, moins votre backlink transmettra de jus (linkjuice) à votre page. C’est aussi pour cette raison que les sites spammés de commentaires ne vous apporteront très peu voire pas du tout de jus. Au mieux Google ignorera votre backlink, au pire il appliquera un filtre sur votre page.

Comment acquérir des backlinks ?

En fonction de la concurrence sur votre activité, de votre budget, et de votre stratégie de monétisation et surtout de vos objectifs marketing, il y a plusieurs façons d’acquérir des backlinks. Si votre site internet a vocation à perdurer, nous vous recommandons de travailler votre netlinking de façon durable pour éviter une pénalité ou un filtre Google. Si votre site est plutôt éphémère, vous pouvez bombarder sur les backlinks… mais tôt ou tard, votre site disparaîtra des SERPS.

Dans tous les cas, les Kpi à isoler pour mesurer votre ROI son nombreux, mais il est possible d’en retenir quelques uns :

  • le gain de positions sur vos mots clés

  • le gain de trafic organique global

  • le taux de rebond et le temps passé sur la page recevant le lien

En fonction de tous ces critères, il sera possible de créer une stratégie de netlinking gagnante. Voici quelques pistes, White Hat, Black Hat et Grey Hat pour acquérir des backlinks.

Le PBN

Un Private Blogs Network (PBN) ou réseau de sites est une technique utilisée aujourd’hui massivement pour truster les pages de résultats d’un moteur de recherche (SERP). Sur le papier, la technique est simple, il suffit d’acheter plusieurs noms de domaine expirés ayant déjà des backlinks de qualité et quelques pages indexées. Puis, vous remontez un site ou un blog, vous leur envoyez quelques liens depuis des annuaires ou d’autres articles. Vous attendez quelques semaines et ensuite vous créez des backlinks qui pointent vers vos pages.

Bien sûr, cette pratique est considérée comme technique black hat et Google n’apprécie pas du tout. A ce titre, John Muller, le remplaçant de Matt Cutts chez Google a annoncé dans un Hangout que le géant de la recherche réussissait sans problème à détecter les PBN. Je n’y crois pas du tout, surtout si le réseau de sites est bien fait. Si vous souhaitez mettre en place ce genre de stratégie de netlinking, il est préférable de masquer vos backlinks aux yeux de vos concurrents et de bloquer les principaux crawlers comme Mj12, AhrefsBot, rogerbot, SemrushBot, et la liste est assez longue.

L’avantage d’un PBN est de pouvoir retirer les liens à tout moment en cas de filtre ou pénalité Google. Néanmoins, n’ayez pas peur de dépenser plusieurs milliers d’euros dans l’achat d’un domaine expiré puissant. Vous pouvez également acheter des “exact match domain”, mettre du contenu dessus, les populariser un peu et ensuite placer vos backlinks vers votre moneysite. Jusqu’en 2019, vous pouviez aussi faire des 301 vers votre domaine principal, mais cette technique a perdu beaucoup de puissance.

Les Annuaires

Je les ai tant adoré jusqu’en 2012, avant Pengouin, on s’inscrivait dans tous les annuaires avec des descriptions {uniques|spinnées} et des ancres exactes en masse… Aujourd’hui, je dirai que vous pouvez vous inscrire sur une dizaine d’entre eux, c’est tout. Par contre, certains annuaires comme ceux des CCI ou d’autres annuaires d’entreprises sont encore à travailler. Idem pour les annuaires locaux, même si le lien est en nofollow, je vous recommande de les travailler, vous comprendrez très vite pourquoi ils sont très importants ;-).

Les Forums

En 2020, je pense qu’il est utile de travailler correctement les forums, en mode White Hat, déjà vous pourrez trouver des topics qui se positionnent dans le top 100 sur des requêtes intéressantes et surtout qui pourront vous apporter du trafic qualifié. Il y a un grand nombre de sites de niches et de comparateurs en tout genre qui construisent leur stratégie de netlinking avec plus de 60% de liens forums, et ça ranke et ça tient ! Est-ce que le lien dans un topic est légitime aux yeux de Google, s’il renvoie sur une actualité chaude ou un complément d’information, alors oui. A l’inverse, si vous utilisez Xrumer, Gsa, Zennoposter ou des services de netlinking sur Fiverr, en plus de polluer le forum avec de fausses discussions, vous risquez également de perdre du temps à créer des liens pourris. Franchement, je préfère la méthode chirurgicale, j’ai une certaine compassion pour les pauvres modérateurs qui s’arrachent les cheveux à retirer les liens publicitaires et bannir les membres.

Les Commentaires de blog

Comme pour les annuaires, il y a eu trop de liens créés avant 2012 pour manipuler Google et créer des profils de liens complètement spammy… C’est pourquoi la majorité des blogs comme Wordpress ont d’ailleurs passé les liens externes en nofollow. Toutefois, si vous rédigez un commentaire pertinent sur une page qui ranke sur votre mot clé et sur un CMS autorisant les liens en dofollow, alors il est possible de poster quelques commentaires de manière chirurgicale. Néanmoins, il est possible d’utiliser les commentaires pour booster un webprofil.

Les Webprofils

Encore utilisé dans beaucoup de stratégies de netlinking, les webprofils permettent de contextualiser ou thématiser votre lien car il est possible d’injecter du contenu et d’indexer la page. Certains spots de webprofil puissants sont encore peu spammés et intéressant pour votre stratégie globale de netlinking, mais comme le chocolat, il faut les utiliser avec parcimonie.

La technique est assez simple, créer un compte sur le site, rédiger une description ou un contenu unique et riche en mots clés puis ensuite, obtenez un maximum de liens internes (via les commentaires par exemple) sur le site en question pour donner de la puissance à votre webprofil.

Certains SEO poussent les webprofils uniquement avec des backlinks. Cette technique fonctionne mais est moins naturelle. Néanmoins, certains webprofils sont légitimes pour votre secteur d’activité et le backlink obtenu peut vraiment apporter de la puissance à votre site web.

Les Wikki et Livres d’or

Un peu comme les commentaires de blogs, ces stratégies permettent d’acquérir un lien très facilement. Le problème c’est que ces spots sont souvent très spammés voir hackés et qu’ils n’apportent pas grand chose en termes de SEO. Néanmoins, il est possible de les utiliser dans certains cas, avec parcimonie bien évidemment...

Les articles invités

Plus connu sous le nom de guest-blogging, l’article invité est une technique de netlinking simple, efficace et pas cher du tout, surtout si on est un être humain ! L’idée et de rédiger un article dans son domaine d’expertise sur un blog assez puissant. Très clairement, il y a plusieurs façons de faire du guest-blogging et aussi de rédiger du contenu unique et pertinent, en faisant une infographie, une vidéo ou un podcast par exemple. Votre article pourra aussi être relié sur les réseaux sociaux du blogueur et pourra également s’inscrire dans une stratégie de social media. L’idée, comme toujours est de sélectionner les sources et de se montrer original et persuasif avec le blogueur en lui démontrant l’intérêt commun qu’il a à vous laisser écrire un article sur son blog.

L’achat de liens

Oui, si vous lisez Matt Cutts, John Muller ou tout autre communiquant de Google, on vous dira qu’acheter des liens, c’est pas bien. Certes, si Google vous flag ou que vous vous faites dénoncer par un concurrent via le spam report, il est possible que votre site web se fasse infliger une pénalité ou un filtre. Néanmoins, l’achat de liens existe et s’est même démultiplié depuis 5 ans, il existe un grand nombre de plateformes d’achat de liens, certains proposent même une prestation de relation presse et médias.

En d’autres termes, de l’achat de lien sur de grands médias... mais cela reste de l’achat de liens pur et dur, ce qui est donc par théorie sanctionnable par Google. Faîtes très attention si vous souhaitez acheter des liens, certains sites sont flagués par les moteurs de recherche et le lien que vous achèterez ne vous apportera absolument rien du tout en termes de positionnement, voir vous pénalisera. Il est possible de louer un lien sur une page d’accueil d’un site ou sur une catégorie, d’acheter un lien sur un article de blog, ou acheter un lien directement sur un article positionné.

Ce n’est pas à moi, SEO depuis 15 ans de vous dire que tous les sites qui rankent achètent du lien ou presque. Vous pouvez le constater par vous même. Le linkbaiting ne fonctionne pas sur toutes les thématiques.

Le linkbaiting

Si vous aviez recherché sur Google “comment faire du netlinking” il y a 7 ans, vous seriez tombé sur des articles vous démontrant par A + B que la stratégie du linkbaiting était la seule façon viable d’obtenir des liens. Mais comment acquérir un lien naturel en rédigeant un contenu qualitatif lorsque l’on est un un petit artisan dans une thématique inondée d’articles de blog ? Difficile d’attraper un requin avec une boite d’asticots et un fil de 12/100.

Certes on vous dira qu’il faut rédiger du contenu, du contenu et encore du contenu qualitatif et original ? Ok. Peut-être que vous arriverez à obtenir un lien depuis un blog 2.0 (overblog, canalblog, blogger, wordpress.com, tumblr, etc) mais c’est beaucoup d’efforts pour pas grand chose non ? La passivité relève d’une décision d’échec. N’attendez donc pas que l’on vous fasse un lien… mais allez de l’avant et commencez à créer des liens de qualité si vous souhaitez ensuite essayez le linkbaiting.

Par où commencer pour créer des liens de qualité ?

Si je devais ne retenir qu’une technique de netlinking pérenne, efficace et peu risquée pour commencer à obtenir des liens de qualité, cela serait sans doute avec votre propre réseau. Il est facile pour vous de contacter un partenaire ou un fournisseur dans votre thématique.

Pourquoi ne pas lui proposer un échange de lien ? Le webmaster ou le dirigeant en face de vous est aussi un humain, il aime surement le vin, aller au restaurant (vous pouvez prendre une salade si vous comptez négocier beaucoup de liens) ? Un lien sympathique est facile à obtenir si vous vous montrez un peu humain. Ces liens là sont très puissants et en général ne coûtent rien ou un peu de diabète.

De même, si vous vendez des produits en ligne, trouvez des blogueurs bien positionnés sur votre thématique et proposez leur de rédiger un article en échange d’un test produit. Bref, soyez actif et n’attendez pas que les liens tombent naturellement.

Notez également qu’un backlink met parfois plusieurs mois à être pris en compte par les moteurs de recherche et impacter vos positions, c’est pourquoi il est indispensable de créer une stratégie de netlinking sur le long terme. Même si votre site se positionne dans le TOP 3 sur un large éventail de mots clés, il est nécessaire de continuer à construire vos liens pour ne pas voir vos concurrents passer devant vous.

Comme le disait Matt Cutts, le netlinking reste la meilleure façon de se positionner sur Google ! Le netlinking est un pilier du seo. Pour cela, notre agence SEO peut vous accompagner dans votre stratégie de netlinking.

 

Auteur : Olivier SANIEZ, expert SEO chez Pure Illusion

Auteur : - Pure Illusion

Nos
réalisations

Nos expertises dans ce domaine

Vous voulez des cookies ?
Ce site utilise des cookies pour garantir la meilleure expérience de navigation.
Accepter
Refuser

Paramétrage de mes cookies

Au-delà des cookies de fonctionnement qui permettent de garantir les fonctionnalités importantes du site, vous pouvez activer ou désactiver les 2 catégories de cookies suivantes. Ces réglages ne seront valables que sur le navigateur que vous utilisez actuellement.
1. Statistiques
Ces cookies permettent d'établir des statistiques de fréquentation de notre site. Les désactiver nous empêche de suivre et d'améliorer la qualité de nos services.
2. Personnalisation
Ces cookies permettent d'analyser votre navigation sur le site pour personnaliser nos offres et services sur notre site ou via des messages que nous vous envoyons.
Tout accepter